10 idées reçues sur le soin des dents

10 idées reçues sur le soin des dents

voir des dents belles et saines passe par un brossage régulier, une visite annuelle chez le dentiste, la suppression des grignotages… Mais êtes-vous vraiment au point sur l’hygiène bucco-dentaire ? Voyez si vous savez discerner le vrai du faux.

Pendant longtemps, les dentistes n’ont cessé de nous répéter qu’il fallait se brosser les dents au moins trois fois par jour pour conserver des dents en bonne santé. Mais comme cette recommandation n’était suivie que par un Français sur quatre, il y a une petite dizaine d’années, l’Union française pour la santé bucco-dentaire (UFSBD) a donc décidé de revoir ses préconisations et de les adapter à notre mode de vie. Dorénavant, ce sont deux brossages quotidiens (matin et soir seulement ) qui sont recommandés, car la plaque dentaire met 12 heures à se former.

Mais ne croyez pas vous en tirer à bon compte : un brossage de moins c’est une chose. Mais les dentistes insistent sur la durée du brossage : celui-ci doit durer au moins deux minutes à chaque fois  (et non entre 43 et 50 secondes comme c’est le cas aujourd’hui pour la plupart d’entre nous). Et insistent également sur le choix du dentifrice.

10 idées reçues sur le soin des dents

1/10 – Peu importe le dentifrice
FAUX. Si la plupart sont de bonne qualité, privilégier toujours les dentifrices au fluor (1 000 à 1 500 ppm). Cet oligoélément vient en effet se fixer sur l’émail dentaire pour le renforcer et le rendre moins sensible aux attaques acides, et donc aux caries. L’astuce : à la fin du brossage, cracher l’excédent de dentifrice, mais ne pas se rincer la bouche, ce qui permet au fluor de rester plus longtemps en contact avec les dents.

2/10 – Brosses à dents électrique et manuelle se valent
FAUX. Électrique, elle élimine deux fois plus de biofilm qu’une brosse manuelle. Sans doute parce que le brossage est plus complet et plus long grâce au minuteur préréglé sur trois minutes. Car c’est la répétition du mouvement et non la pression exercée qui élimine la plaque dentaire. Manuelle ou électrique, il faut cependant penser à changer sa brosse tous les deux à trois mois, car ce sont de vrais repaires de bactéries.

3/10 – Une mauvaise haleine est toujours due à une mauvaise hygiène dentaire
FAUX. Si 8 fois sur 10, l’halitose est d’origine bucco-dentaire, dans les autres cas, sa cause est plutôt digestive. Lorsque l’hygiène dentaire est la coupable, ce sont surtout les bactéries stagnantes dans les espaces dentaires qui fabriquent des composés volatils sulfurés et malodorants. Il faut donc insister sur le nettoyage interdentaire, là où se nichent et se développent les bactéries. Inutile en revanche de se brosser la langue (sauf en cas de mycose), on risque au contraire de l’agresser et de perturber le microbiote buccal protecteur. Découvrez 7 recettes naturelles contre la mauvaise haleine.

4/10 – Les chewing-gums peuvent remplacer un brossage
FAUX. Mâcher un chewing-gum, même sans sucre et au fluor, ne dispense pas du brossage. Néanmoins, en faisant mastiquer, il augmente la production de salive, qui apporte des immunoglobulines aux propriétés antibactériennes et des minéraux (fluor, calcium… ) qui rechargent les cristaux de la dent attaqués par les acides de l’alimentation.

5/10 – Le fil dentaire est indispensable
VRAI. Sur des gencives jeunes avec des dents saines, ce fil permet de nettoyer les espaces étroits entre les dents, a fortiori si elles sont très serrées. Quel que soit le fil choisi (ciré, avec antiseptique… ), il suffit de le glisser entre deux dents en opérant un petit mouvement de cisaille, puis de descendre à la verticale en veillant à s’arrêter quelques millimètres avant la gencive pour ne pas la blesser. On effectue ensuite des allers-retours de haut en bas afin de bien déloger les résidus alimentaires.

6/10 – Les brossettes interdentaires, c’est surtout une mode
FAUX. Elles représentent une alternative au fil dentaire pour les personnes dont les espaces interdentaires s’élargissent avec le vieillissement de la gencive. Choisir le diamètre le plus adapté (on trouve des modèles de 0,6 à 6 mm) avec l’aide de son chirurgien-dentiste : elles doivent être de taille suffisante pour qu’il soit nécessaire de forcer un peu le passage. Les premières fois, elles peuvent provoquer un léger saignement, cela signifie que les bactéries ont rendu la gencive inflammatoire. Il ne faut surtout pas arrêter, mais au contraire continuer de passer la brossette. Après trois ou quatre jours, les bactéries auront été dispersées, la gencive sera moins inflammatoire et les saignements auront disparu.

7/10 – On retire systématiquement les dents de sagesse
FAUX. Situées au fond des arcades dentaires, ces dents ont les mêmes fonctions que les autres molaires, mais elles ont aujourd’hui peu d’utilité puisque nous ne déchiquetons plus la viande crue comme nos lointains ancêtres. Pour autant, elles ne sont extraites vers l’âge de 18-20 ans que si elles sont mal positionnées ou que la mâchoire est trop étroite pour les accueillir.

8/10 – On peut régénérer 80 % de l’émail
FAUX. Les produits qui font cette promesse permettent de renouveler seulement une petite partie de l’émail grâce à l’apport de minéraux (phosphore et calcium). Ils peuvent donc contribuer à réduire la sensibilité des dents au froid, mais rien de plus !

9/10 – Fini les plombages
En France, depuis juillet 2018, ces amalgames dentaires composés d’un mélange d’argent, de cuivre, de zinc et de mercure ne sont déjà plus utilisés chez les femmes enceintes ou allaitantes et les enfants de moins de 15 ans, et ce sera le cas pour tous en 2022. Cet alliage aurait des effets toxiques pour le développement neurologique, le système immunitaire, l’appareil reproducteur et le système cardiovasculaire. « Bien que peu esthétiques, ces amalgames avaient cependant l’avantage d’être bien tolérés et d’avoir une action antibactérienne », souligne le Dr Benoît Perrier. Aujourd’hui, les composites (résine) sont de la même couleur que les dents du patient, mais leur pose nécessite un traitement à l’acide et l’emploi d’adhésif qui sont des composés chimiques. Leur longévité peut être moins bonne, ils devront être remplacés tous les 6 à 8 ans. Les ciments verre ionomère (CVI) sont aussi une alternative, leur mise en œuvre ne nécessitant pas ces produits chimiques, mais ils ne peuvent pas être utilisés pour des restaurations trop importantes et peuvent s’user plus rapidement.

10/10 – Le détartrage, c’est tous les ans
VRAI. Si malgré un brossage régulier, le biofilm et le tartre se sont installés, seul un détartrage permettra de les déloger sans abîmer l’émail des dents. Ce nettoyage effectué par le chirurgien-dentiste est recommandé au moins une fois par an, et davantage chez les personnes qui « fabriquent » beaucoup de tartre ou les personnes à risque : fumeurs, diabétiques, femmes enceintes…

Quelques conseils pratiques pour une bonne hygiène bucco-dentaire

Le dentifrice : toujours avec du fluor

L’introduction de fluor comme agent anti-caries dans les dentifrices date de 1947. Minéral (fluorure de sodium, monofluorophosphate de sodium…) ou organique (Olaflur), le fluor s’est imposé peu à peu dans toutes les formules de dentifrice. Son incorporation a permis de réduire de façon considérable la prévalence de la carie dentaire dans le monde, notamment grâce aux ions fluorures qui sont réellement actifs.

« Les ions fluor sont limités dans les cosmétiques à la dose de 0,15 % (soit 1500 ppm, unité entérinée par l’usage dans le domaine bucco-dentaire). Les risques d’intoxication chroniques sont faibles. Cela arrive en cas d’ingestion d’une forte quantité de dentifrice, en particulier par des enfants qui ne sont pas en âge de le recracher ou dans des situations psychiatriques particulières » souligne l’UFSBD.

Comment optimiser les 2 brossages quotidiens ?

Pour remplacer le brossage des dents du midi, peu pratique quand on travaille, les professionnels de la santé bucco-dentaire recommandent de se rincer la bouche avec un verre d’eau après le repas ey de mâcher un chewing-gum sans sucre. Le fait de mastiquer du chewing-gum va permettre de produire une salive plus chargée en bicarbonate donc plus apte à lutter contre les attaques acides des aliments et notamment des sodas.

Pour optimiser les deux brossages quotidiens, l’UFSBD recommande également de passer à la brosse à dents électrique car celle-ci est plus efficace qu’une brosse à dents manuelle pour éliminer la plaque dentaire et réduire les inflammations des gencives.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.